Le nouveau CEO de Delhaize interviendra activement en Amérique

L’identité du successeur de Pierre-Olivier Beckers à la tête du Groupe Delhaize est une relative surprise. Parmi les noms les plus régulièrement évoqués figurait celui de Pierre Bouchut, actuel CFO du Groupe qui pilota autrefois chez Carrefour les marchés de croissance à l’international, et plus encore celui de Roland Smith, nommé voici un an à peine à la tête de Delhaize America, où le travail mené ne tarda pas à produire des effets positifs. Plus qu’à l’arrivée de Monsieur Muller, c’est probablement à la démission de Monsieur Smith qu’ont réagi les marchés boursiers en faisant plonger l’action Delhaize (-7,5% à 10 heures). L’idée, confirmée par un porte-parole du groupe, de faire désormais directement rapporter les enseignes américaines du Groupe au nouveau CEO, ne semble pas taillée pour convaincre ces investisseurs. Mais un européen à la tête de Delhaize, c’est peut-être d’abord un signal fort, exprimant une volonté de maintenir l’intégrité d’un groupe transatlantique très asymétrique. Gondola s'est entretenu avec Charles Davis(SVP Communications & Public Relations chez Delhaize Group) au sujet de la récente nomination de Frans Muller.

 

Etant donné qu'après le départ de l'actuel CEO de Delhaize America, Roland Smith, les activités américaines du Groupe Delhaize rapporteront directement à Frans Muller, puis-je supposer que celui-ci héritera de plus de pouvoir que son prédécesseur?
Laissez-moi tout d'abord souligner le fait que le Senior Vice President de Food Lion, Bottom Dollar, Harveys, Hannaford et Sweetbay (filiales américaine de Delhaize, ndlr.) rapporte lui aussi directement au Groupe Delhaize. Toutefois, il est vrai que Frans Muller jouera un rôle plus actif dans la gestion de Delhaize America.

 

Suite à l'annonce de la nomination de Frans Muller, le titre du Groupe Delhaize a perdu 6,5%. Peut-on y voir une conséquence à l'annonce de l'arrivée de Frans Muller ou au départ de Roland Smith?
Je ne vais pas spéculer sur le titre du Groupe Delhaize. Nous ne le faisons d'ailleurs jamais, qu'il monte ou chute. La spéculation reste le jeu des investisseurs. Par ailleurs, si je savais pourquoi une action monte ou descend, je ne serais probablement pas ici.

 

Il s'agit ici de la première fois qu'un nouveau CEO n'est ni Belge, ni même issu (des familles fondatrices) du Groupe Delhaize. Cette décision a-t-elle été délibérément prise?
Nous avons examiné toutes les candidatures. Bien entendu, certaines étaient internes au Groupe. Le Conseil d'Administration a opté pour le meilleur candidat qui s'est avéré être Frans Muller. Il a derrière lui une grande expérience dans le domaine du retail. Il fera son entrée chez Delhaize le 14 octobre et bénéficiera donc de trois semaines de transition avant son entrée en tant que CEO (le 8 novembre). Le Conseil d'Administration a opté pour le meilleur candidat et cette fois celui-ci n'était pas belge.

 

Frans Muller mettra-t-il en oeuvre une stratégie différente de celle de son prédécesseur?
Frans Muller fera ce que tout nouveau CEO doit faire. Il analysera durant 100 jours la stratégie de Delhaize Group et statuera ensuite sur la mise en place ou non de nouveaux points voire d'une nouvelle stratégie.

 

Les performances de Delhaize America imposaient-elles ce changement?
Pierre-Olivier Beckers (58 ans) souhaitait mettre à disposition son poste de CEO et le Conseil d'Administration a accepté sa décision. Les bonnes nouvelles sont que Delhaize a enregistré de bons résultats, tant au premier qu'au second trimestre. Le timing se révèle par conséquent très bon pour ce changement.

Auteur: 

Joram De Bock

catégorie: 

Bord-Bia - FR - SIDE

Derniers lancements produit