Une supérette sans personnel ouvre en Suède

On connaissait déjà le supermarché sans caissière, notamment via l'initiative d'Albert Heijn à Amsterdam. Mais une supérette sans même un seul membre du personnel en rayon, c'est bien là du jamais vu… A Viken, petit village situé en Suède, c'est pourtant désormais le cas. Une information d'AP.

 

Robert Ilijason, spécialiste en informatique, est le propriétaire d'une supérette d'un genre nouveau. Vous ne trouvez ici pas âme qui vive, si ce n'est d'autres clients peut-être. Armé d'un smartphone sur lequel il aura préalablement téléchargé une application, le consommateur pourra déverrouiller la porte d'entrée, scanner ses courses, sortir et payer…. sur base mensuelle. L'unique moment où l'homme intervient ici est donc celui du stockage des produits. 

 

45m2

 

Vous trouverez dans ce magasin de 45m2 accessible 24h/24 les produits de base: lait, pain, sucre, conserves, couches-culottes, etc. Mais attention, ici, pas d'alcool (interdit de vente dans les magasins convenience), pas de tabac et encore moins de médicaments. La raison? La sécurité.

 

Sécurité

 

Pour éviter les vols à l'étalage, outre le fait de bannir certains produits de l'assortiment, le propriétaire mise une fois de plus sur la technologie et ses six caméras parsemées dans la supérette. Robert Ilijason, qui habite à quelques pas de là, recevra également un sms d'alerte si les portes restent ouvertes plus de huit secondes d'affilées ou si quelqu'un tentait d'entrer par effraction.

 

M-commerce

 

Pour ainsi dire inconcevable chez nous, ce concept pourrait séduire les Suédois. Les paiements mobiles y étant très populaires. En 2015, 46% des acheteurs en ligne suédois ont en effet réalisé au moins un achat sur mobile. En moyenne, l'acheteur sur mobile suédois a dépensé 397 euros en 2015 pour un panier moyen de 61,44 euros (plaçant le pays en n°1 européen en termes de panier).

 

Peut-être un employé

 

Mais Robert Ilijason évalue actuellement d'autres options telle qu'une carte pour ouvrir les portes et envisage même… d'engager une personne pour rester quelques heures durant dans le magasin. 

 

L'avènement des technologies fait depuis un moment déjà craindre à certains un impact sur l'emploi. Nous vous invitons à lire l'opinion de Myriam Delmée, Vice-Présidente fédérale du SETCa concernant l'emploi dans le secteur du retail.

Auteur: 

Carole Boelen

catégorie: 

Bord-Bia - FR - SIDE

Derniers lancements produit