Carrefour: Bompard mise sur le digital et la transition alimentaire

Alexandre Bompard, nouveau CEO de Carrefour Group, a présenté son plan de transformation baptisé Carrefour 2022. Dans celui-ci on notera la suppression de 2.400 emplois en France, le développement de nouveaux partenariats, notamment avec Tencent en Chine, la réduction de plus de 10% de la taille de son assortiment ou encore des investissements visant à améliorer sa compétitivité sur les prix. Egalement évoqué, davantage de concentration pour les achats, un accent mis sur l'omnichannel et les formats de proximité, ainsi qu'une ambitieuse politique sur le frais et la "transition alimentaire". A ce jour, aucun détail précis n'a été dévoilé sur la Belgique.

 

« J’ai une grande ambition pour Carrefour : devenir le leader mondial de la transition alimentaire en offrant à nos clients, tous les jours et partout, une alimentation de qualité, fiable, et à un prix raisonnable. Pour ce faire et pour retrouver une dynamique conquérante, nous devons refonder notre modèle, en simplifiant notre organisation et en nous ouvrant aux partenariats, améliorer notre efficacité opérationnelle, investir dans nos formats de conquête, bâtir un modèle omnicanal performant et développer notre offre de produits frais et bio, notamment sous la marque Carrefour. C’est le sens du plan de transformation « Carrefour 2022 » que nous dévoilons aujourd’hui, et que le Groupe et ses collaborateurs porteront avec ambition et détermination » a déclaré Alexandre Bompard.

 

Le plan de transformation repose sur 4 piliers : le déploiement d’une organisation simplifiée et ouverte, le gain de productivité et de compétitivité, la création d’un univers omnicanal de référence et la refonte de l’offre au service de la qualité alimentaire. Nous vous en détaillons ici les tenants et aboutissants.

 

1. Déployer une organisation simplifiée et ouverte

 

Rationalisation des sièges

 

Carrefour Group parle tout d’abord d’une simplification qui passera par une réduction du poids et de la complexité des sièges dans l’organisation du groupe. Carrefour a donc décidé de rationaliser les implantations de ses sièges dans l’ensemble de ses pays. Si le groupe ne s’attarde pas sur le sort de la Belgique, il explique qu’en France, les sites de siège d’Ile-de-France seront rationalisés. Cela implique la fermeture du siège corporate de Boulogne et l’abandon du projet de construction d’un nouveau siège de 30.000m2 en Essonne.

 

Suppression de 2.400 postes en France

 

Cette rationalisation aura un impact sur l’emploi, puisque Carrefour vise une suppression de 2.400 postes au siège français, sur un total de 10.500 salariés - soit un quart des effectifs. Ce plan de départ est « strictement fondé sur du volontariat » précise Carrefour.

 

Partenariats

 

Carrefour Group souhaite en outre s’ouvrir à davantage de partenaire, en les structurant pour tirer profit des innovations et meilleures pratiques et bénéficier « de l’expérience de start-ups innovantes et de la puissance de leaders sectoriels », à l’image de l’accord signé avec Fnac Darty dans l’électronique grand public et du partenariat avec Showroomprivé pour les ventes-privées en ligne.

 

Carrefour en profite pour annoncer un futur partenariat qui devrait l’aider à renforcer sa position en Chine. « La prise de participation potentielle dans Carrefour Chine de Tencent, leader technologique mondial, et Yonghui, distributeur spécialiste du frais et des petits formats en Chine, ainsi que la signature d’un partenariat stratégique avec Tencent, ouvrent de grandes opportunités pour Carrefour dans ce pays, notamment sur le e-commerce alimentaire. »

 

2. Gagner en productivité et en compétitivité

 

Réduire de 10% la taille de l’assortiment et négocier à l’échelle internationale

 

Carrefour entend réaliser 2 milliards d’euros d’économies d’ici la fin de l’année 2020. Pour ce faire, la chaîne veut optimiser ses achats marchands en réduisant de plus de 10% la taille de ses assortiments, et en conduisant des négociations au niveau international, tirant ainsi profit de la présence du groupe dans 30 pays.

 

Elle entend en outre rationaliser ses achats non-marchands via un pilotage strict de la dépense et des cahiers des charges et une politique de renégociation systématique des contrats historiques par des équipes dédiées à l’échelle du Groupe.

 

Les coûts logistiques seront également revus via une plus grande focalisation sur l’efficacité opérationnelle de la supply chain. Enfin, la simplification des organisations siège devrait également permettre au Groupe des économie sur les coûts de structure.

 

Sortie de Dia : rachat ou fermeture

 

Le réseau Dia racheté par Carrefour en 2014 ne se porte pas bien. En conséquence, Carrefour projette de sortir 273 magasins Dia de son périmètre. Le groupe cherchera d’abord des repreneurs magasin par magasin. En cas d’absence de repreneurs, ces magasins seront fermés. Carrefour indique qu’il favorisera systématiquement une offre de reclassement au sein du Groupe.

 

Investissements plus efficaces et mieux ciblés : omnichannel

 

Carrefour Groupe prévoit d’investir 2 milliards d’euros par an dès 2018 en vue de maintenir les actifs du Groupe et de mettre en oeuvre ses ambitions de transformation.  Concrètement, le retailer entend augmenter significativement ses investissement dans l’informatique et le digital et accroître des investissements supply chaine orienté vers la création d’une offre omnicanale dans l’alimentaire par l’automatisation des plateformes de préparation de commande.

 

En matière de stratégie immobilière, Carrefour va céder dans les trois prochaines années 500 millions d’euros d’actifs non stratégiques.

 

Compétitivité sur les prix

 

« Cette stricte discipline de contrôle des coûts et d’allocation des ressources, qui sera maintenue dans la durée, a pour objectif de libérer des marges de manœuvre qui seront notamment investies dans la compétitivité commerciale, un axe prioritaire pour le Groupe ». Le développement des marques propres participera de l’attractivité prix de l’offre produits du Groupe.

 

 

3. Créer un univers omnicanal de référence

 

Investissement dans l’attractivité et l’efficacité des hypermarchés

 

La stratégie du retailer au sujet des hypermarchés était très attendue en France. En vue d’améliorer l’efficacité de ce format, Carrefour va adapter les surfaces des hypers à leur zone de chalandise : les hypers français verront leur surface réduite lorsque cela est nécessaire, pour un total d’au moins 100.000m2 à horizon 2020. Carrefour cherchera également des alliances à l’achat et à la vente pour améliorer l’offre non-alimentaire lorsqu’elle n’est pas pertinente (pensons ici au partenariat noué avec Fnac Darty en France, ndlr.). Carrefour entend également renforcer l’efficacité opérationnelle des magasin en s’adaptant aux meilleures pratiques sur les flux, la gestion des stocks et les démarques. Enfin, lorsque cela est strictement nécessaire, le retailer adaptera le parc de ses hypers en passant cinq magasins en location gérance. Aucune fermeture d’hypermarché n’est donc prévue en France.

 

Accélération des investissements dans les formats de conquête

 

A contrario, le retailer misera sur les supermarchés et formats de proximité. Offensif sur ce segment, Carrefour ouvrira au moins 2 000 magasins de proximité dans les cinq prochaines années et investira fortement les grandes métropoles européennes.

 

« Chacun de ces formats participera activement au déploiement de l’univers omnicanal du Groupe en étant un centre de préparation ou de livraison, un point de retrait ou de retour pour les clients »

 

Le Groupe souhaite aussi accélérer le développement du format cash&carry : Carrefour ouvrira 20 Atacadão par an au Brésil dès 2018, dont 5 conversions d’hypermarchés en 2018 ;  En Argentine, Carrefour annonce investir dans l’enseigne Maxi, en lançant dès 2018 la conversion de 16 hypermarchés ; La déclinaison de ces formats en Europe sera poursuivie, avec une accélération du déploiement de Promocash en France et une poursuite de l’expérimentation dans les autres pays.

 

Investissement massif sur le digital

 

Le Groupe investira 2,8 Md€ sur 5 ans, soit six fois plus que les investissements actuellement consentis pour changer de dimension sur le numérique et l’omnicanal (total des dépenses d’investissement et d’exploitation).

 

Un objectif de 5 Md€ de chiffre d’affaires dans l’e-commerce alimentaire d’ici 2022

 

Carrefour se fixe pour ambition de devenir un acteur incontournable de l’e-commerce alimentaire, avec 5 Md€ de chiffre d’affaires pour le Groupe et une part de marché du e-commerce alimentaire supérieure à 20 % en France d’ici 2022.

 

Pour ce faire, le retailer veut s’appuyer sur son réseau physique: ’ensemble des solutions de livraison offertes par Carrefour seront fiabilisées et généralisées. En France, la livraison à domicile sera étendue à 26 villes et la livraison express en 1h sera déployée dans 15 villes dès 2018 ; Dès 2018, 170 nouveaux Drive seront ouverts en France et la qualité de service globale sera améliorée, notamment grâce au déploiement de moyens logistiques automatisés (plateformes de préparation de commandes) ; Le Click & Collect sera étendu à plus de la moitié des magasins dès 2019.

 

Enfin, pour renforcer son identité digitale, Carrefour lancera en 2018 un site unique, Carrefour.fr, qui regroupera l’ensemble de ses offres marchandes généralistes. Ce site unique aura vocation à être décliné dans toutes les géographies.

 

4. Refondre l’offre au service de la qualité alimentaire

 

1 million de consommateurs de produits frais traditionnels en plus en France d’ici 2022

 

Carrefour se fixe un objectif ambitieux sur les produits frais traditionnels en France : une croissance du chiffre d’affaires trois fois plus forte que celle des PGC et un million de consommateurs en plus d’ici 2022. Pour atteindre cet objectif le retailer parle du lancement d’un plan d’agroécologie en 2018, de la valorisation des productions locale ou encore un partenariat avec WWF, ainsi que la généralisation de la technologie Blockchain et le double de collaborateur formés aux produits frais.

 

Atteindre 5 Md€ de chiffre d’affaires dans le bio en 2022

 

« Carrefour se positionne comme leader de la démocratisation du bio et souhaite passer d’un chiffre d’affaires de 1,3 Md€ à 5 Md€ d’ici 2022 ».  Pour ce faire, Carrefour généralisera les zones dédiées au bio dans les magasins français et agrandira sa gamme bio. « Le Groupe renforce également son offre bio en ligne, en accélérant le développement de son enseigne spécialisée Greenweez. » Carrefour utilisera ses politiques de prix, de promotion et de fidélisation en faveur de la démocratisation du bio.

 

Réaliser un tiers de son chiffre d’affaires via des produits à marques Carrefour d’ici 2022

 

Les produits à marques Carrefour joueront un rôle clé dans la réalisation de l’ambition du Groupe en matière de qualité alimentaire, notamment par une gamme élargie et une attractivité prix renforcée. « C’est un des axes prioritaires de la stratégie de l’entreprise, ce qui justifie de redoubler d’initiatives pour créer des marques propres originales et très qualitatives, sur les composants comme sur les recettes. Carrefour opère ainsi un changement profond, en lançant une nouvelle politique qualité qui implique notamment la massification des contrôles et la suppression rapide de toutes les substances controversées ».

 

Le Groupe réduira également de 5 % la quantité des emballages des produits à marque Carrefour d’ici 2020. « La co-construction avec les clients est un axe de développement fort des marques propres de l’entreprise, tout comme le renforcement de la traçabilité des produits qui les composent. »

 

Et la Belgique?

 

Rien de précis n'a encore été dévoilé sur l'impact qu'aura ce plan de transformation sur Carrefour Belgique. Un conseil d'entreprise extraordinaire aura lieu de jeudi 25 janvier prochain.

 

 

Auteur: 

Carole Boelen

catégorie: 

Side banner - Ingenico ePayments - FR

Derniers lancements produit