Moral des consommateurs: les Européens sont globalement plus pessimistes

Après avoir atteint son plus haut historique en 2017-2018, le moral est en recul ces 2 derniers trimestres en Europe, un continent structurellement plus pessimiste que la moyenne mondiale, marqué également par une forte hétérogénéité.

 

A l’occasion des élections européennes, Nielsen se penche sur le moral des consommateurs en Europe, via l’étude The Conference Board Global Consumer Confidence Survey. Au niveau mondial, la confiance des consommateurs atteint le score de 106 au premier trimestre de 2019,  soit 1 point de moins qu'au trimestre précédent, qui était un record historique depuis la mise en place de l’indice en 2005.

 

Le ralentissement de la confiance dans de nombreux marchés matures est compensé par le dynamisme observé dans les pays émergents. La confiance reste au niveau historique de 117 en Asie, s’améliore en Amérique du Sud (95), ainsi qu’au Moyen-Orient et en Afrique (record là aussi historique de 96). En Amérique du Nord, la confiance rebondit ce trimestre à 118 après un recul fin 2018… grâce au Canada. Aux Etats-unis, la confiance reste stable.

 

Europe: évolutions très hétérogènes

 

L'indice de la confiance des consommateurs n'avait cessé de progresser ces dernières années en Europe, parallèlement à la croissance économique et à l’amélioration du marché de l’emploi. Il a ainsi atteint son plus haut score (87) en 2017 et 2018, avant de retomber fin 2018 à 84 ; il baisse à nouveau d’un point ce trimestre.

 

Le niveau en Europe reste historiquement plus faible comparé aux autres régions du globe. Au sein de l’Union, la plupart des pays ont un indice en-deçà du niveau 100, correspondant à un équilibre entre les consommateurs optimistes et pessimistes dans un pays. Autrement dit, dans la plupart des pays européens, les consommateurs restent plutôt pessimistes, contrairement aux asiatiques ou nord-américains, par exemple.

 

 

Ce trimestre, parmi les pays de l’Union Européenne, les plus fortes baisses sont enregistrées en Estonie (-9 points), en Espagne (-6 points), en Irlande et en Croatie (-5 points). Les plus fortes hausses sont au crédit de la France (+8 points), de la Finlande (+5) et du Portugal (+4). En Belgique, elle croît de 2 points pour s’établir à 96.

 

En France, la confiance remonte mais reste l'une des plus basses

 

A noter, que si la France enregistre en effet la plus grande croissance, c’est également dans ce pays que s’établit l’un des plus bas niveaux de confiance. Fin 2018, la confiance des consommateurs français subissait un recul rarement observé, perdant 13 points en un seul trimestre, passant de 77 à 64 en plein mouvement “gilets jaunes”. Avec cet indice, la France se trouvait parmi les pays les plus pessimistes à travers le globe (64 pays inclus dans l’étude). Aujourd’hui, l’indice de confiance atteint donc 72. Seule l’Italie et la Grèce sont en deçà, avec un indice respectif de 68 et 70. Il est intéressant de noter que l’inflation alimentaire est la préoccupation numéro une des Français avant les factures d’énergie et le réchauffement climatique.

 

 

A contrario, c’est au Danemark que la confiance est la plus haute, avec un indice de 119, suivi des Pays-Bas (108) et de la République tchèque (108).

Auteur: 

Carole Boelen

catégorie: 

Derniers lancements produit