A quoi doit ressembler un restaurant moderne?

Le Belge accorde-t-il de l’importance à l’origine des aliments ? Dans quelle mesure est-il attentif à son alimentation ? Quel rôle joue la numérisation dans l’horeca ? Food in Mind a passé en revue les habitudes alimentaires hors du domicile de 1 000 Belges pour dresser le portrait d’un restaurant moderne pouvant s’inscrire durablement dans l’avenir.

 

 

Selon les conclusions de l’enquête de Food in Mind, le consommateur plaide pour des portions plus petites et plus saines, veut composer son plat lui-même et pratique le food-sharing. L’écran tactile devrait quant à lui jouer un rôle essentiel pour les plus jeunes consommateurs. L’accessibilité, enfin, est plus importante que jamais: ouverture 24h/24, systèmes de retrait dans les restaurants, possibilité de prendre une collation rapide à tout moment, …

 

 

Des repas sains

 

Neuf Belges sur dix considèrent que manger sainement est important. 45 % trouvent, cependant, qu’il est difficile de déterminer quels aliments sont sains ou pas. Manger sainement nécessite, en outre, trop d’efforts. Les jeunes sont plus enclins à le penser, ce qui les rend plus critiques par rapport aux allégations nutritionnelles. Quatre personnes interrogées sur dix veulent pouvoir choisir un dessert plus sain et trois sur dix réclament des portions plus petites.

 

 

Sur le pouce

 

La nouvelle génération de consommateurs accorde une grande importance à l’accessibilité des fournisseurs. Par rapport aux groupes de personnes plus âgées, les jeunes de 18 à 34 ans apprécient davantage les snacks, estiment qu’ils devraient pouvoir acheter à manger à tout moment de la journée et souhaitent d’ailleurs pouvoir manger tout au long de la journée. Ils souhaitent même que les restaurants soient ouverts 24 h/24 et y attendent un système de retrait.

 

 

Plus de liberté

 

46 % des personnes interrogées souhaiteraient déterminer elles-mêmes leur portion au restaurant. 48 % trouvent regrettable qu’ils ne puissent pas choisir un plat à cause d’un ingrédient précis qu’ils n’apprécient pas. Ce sont principalement les femmes (70 %) qui souhaitent composer elles-mêmes leurs plats et décider des ingrédients qu’elles désirent manger ou non.

 

 

Locavore

 

L’origine et l’authenticité de l’alimentation sont plus importantes pour les francophones que pour les néerlandophones. 72 % des francophones accordent de l’importance à l’origine des aliments contre 59 % des néerlandophones. Trois sondés sur quatre préfèrent les produits belges aux produits provenant de l’étranger. La cuisine traditionnelle belge prédomine toujours, mais certaines nouvelles saveurs (provenant de l’étranger) rencontrent un succès grandissant.

 

 

Foodsharing

 

45 % des Belges partagent volontiers leur repas. Un sur trois choisit même plusieurs plats pour pouvoir les goûter. La moitié des personnes interrogées choisissent une sorte de tapas au restaurant, ce qui leur permet de goûter à plusieurs plats et de les partager.

 

 

Digital

 

Quatre personnes sur dix estiment que la digitalisation dans le secteur de l’alimentation est importante et une sur cinq utilise une application nutritionnelle, très logiquement en majeure partie chez les jeunes. Un jeune sur trois souhaiterait composer lui-même son plat grâce à un écran tactile. 32 % des jeunes estiment, en outre, que le WiFi est indispensable dans les restaurants, ce qui se traduit par un public moins direct et moins enclin à la parole. Ce sont les personnes de plus de 55 ans qui s’adresseront plus facilement au chef.

 

Auteur: 

Carole Boelen

catégorie: 

Bord-Bia - FR - SIDE

Derniers lancements produit