United Drinx veut professionnaliser les magasins de boissons

Les coopératives d'achats pour boissons Districo et Distribel s'allient pour une coentreprise sous le nom d'United Drinx, rassemblant les forces des deux entités . La nouvelle société rassemblera 110 commerçants indépendants pesant ensemble un chiffre d'affaires de plus de 150 millions d'euros. Les deux parties travailleront notamment ensemble à la croissance de la centrale d'achats "Drinxit". Nous nous sommes entretenu avec Hendrik Wostyn (CEO United Drinx et Directeur Général de Districo).

Drinxit est-elle une chaîne à part entière?
C'est notre enseigne, notre identité pour les drinkshops. Nous ne sommes pas réellement une chaîne de magasisn mais bien un groupement d'achat coopératif souhaitant communiquer aux particuliers via une enseigne unique: Drinxit. Pour l'instant, nous disposons de 55 points de vente Drinxit, et nous devrions vraisemblablement en voir apparaître 15. Ce qui porterait à 70 le nombre de nos points de vente, sachant que nous souhaitons à terme en avoir 100. Car ce n'est certainement pas là une limite. Je suis convaincu que de nombreux indépendants voudront nous rejoindre et permettront dès lors une croissance du nombre de points de vente.

Vous prenez l'exemple de Selexion, pourquoi?
C'est un bel exemple de coopérative d'achat qui s’adresse au consommateurs en lui donnant l'impression d'une véritable chaîne de magasins. Ils sont par ailleurs confrontés au même problème que nous: Selexion regroupe des indépendants aux profils et surfaces de vente différents, et reste malgré tout un ensemble bien structuré . Nous souhaitons professionnaliser de manière similaire les commerçants de boissons. Les drinkshops deviennent de plus en plus importantes dans le paysage de la distribution, mais restent encore trop fragmentés. En réunissant suffisamment de membres, nous disposerons d'une masse critique suffisante pour organiser des campagnes publicitaires nationales.

Vous allez concurrencer non seulement Prik & Tik, mais aussi les supermarchés…
Nous visons le même type de consommateur. Toutefois, notre approche est différente. Colruyt, par exemple, mise sur un assortiment limité mais au prix le plus bas. Nous allons plus loin puisque nous offrons la gamme la plus large possible. Il y a tellement d'innovations dans le secteur des boissons qu'il est difficile pour un supermarché de suivre le marché. Vous trouverez, par exemple, chez nous une énorme assortiment de bières régionales. L’expérience, la proximité et le service offert sont d’autres atouts de Drinxit. Dans un supermarché, si votre chariot est déjà plein d’alimentaire et non-alimentaire, il est bien difficile de prendre un bac de bières supplémentaire! Dans une centrale de boissons, vous déposer votre bac directement dans votre voiture, ou l'un des commerçants le fait pour vous.

Le cliché du magasin plus proche d'un entrepôt n'agit-il pas comme un obstacle?
Ce temps-là est dépassé. L’image des drinkcenters d’autrefois était en effet celle d’un garage. Désormais, ils sont devenus de véritables magasins à part entière, des centres de profit. Ils sont bien souvent plus modernes et professionnels, proches des magasins traditionnels de proximité. A attention, cela ne s'applique pas nécessairement à tous. C’est un point à renforcer à l’avenir. Il n’est pas toujours facile de convaincre tous les membres, car ils restent bien des indépendants.

Auteur: 

Joram De Bock
Bord-Bia - FR - SIDE