Pierre Boseret, CEO de Troc.com Benelux

Le marché du seconde main est de plus en plus populaire!
Que ce soit pour dénicher le cadeau idéal à bas prix ou pour revendre un cadeau non désiré, les magasins de seconde main ont la cote durant les fêtes. Troc.com a en effet enregistré une hausse de 20% du nombre de visiteurs en fin d'année 2012 et une hausse de 10% de visiteurs venant se défaire d'un cadeau reçu. Pierre Boseret, CEO de Troc.com Benelux répond à nos questions.

Que retenez-vous de 2012, que ce soit au niveau de votre entreprise ou de l'économie en général ?

Quand on voit comment le consommateur s'est précipité sur les articles de seconde main, je pense que la tendance est évidente. Il vient chez Troc.com dans l'espoir de dénicher la bonne affaire. Le fait qu'il n'a jamais été aussi attentif aux prix joue évidemment en notre faveur.

Au-delà, on constate qu'il accorde de plus en plus d'importance à la qualité du service. On nous demande de plus en plus fréquemment d'enlever, de livrer et même parfois de monter. Les gens ont manifestement moins de temps et souhaitent que nous réglions un maximum de choses à leur place. Nous répondons évidemment à cette demande.

D'un point de vue purement économique, 2012 fut une bonne année pour Troc.com Benelux. Notre chiffre d'affaires a progressé, nous avons ouvert un nouveau magasin à Lierre et, grande première, nous mettons un pied aux Pays-Bas, à Helmond pour être précis.

La crise pousse-t-elle le consommateur à s'intéresser davantage au marché du seconde main? Peut-être disposez-vous de statistiques pour illustrer sa croissance depuis 2010?

Le marché du seconde main est de plus en plus populaire. Le consommateur recherche des meubles et des articles de décoration pour embellir son intérieur et il apprécie de chiner dans nos magasins. Par ailleurs, il ne faut certainement pas négliger l'aspect écologique : acheter en seconde main permet de donner une seconde vie aux objets que l'on achète. La crise explique certainement pour partie le succès de notre marché : alors qu'il était habitué à n'acheter que du neuf, nous constatons que le consommateur vient chez nous en se demandant s'il ne trouvera pas une qualité identique à un prix bien moins élevé.

D'un autre côté, nous avons toute une série de gens qui espèrent retirer un bon prix d'objets en bon état dont ils n'ont plus l'usage. Depuis 2009, nous constatons une hausse de fréquentation de l'ordre de 5% par an. A la période des fêtes, nous avons même enregistré 20% d'acheteurs en plus que sur la même période l'année précédente. Il faut dire que, chez nous, le client a toutes les chances de trouver un cadeau réellement original et, souvent, un cadeau qui a déjà une histoire.

Sur les plans économique, financier ou de l'emploi, 2013 promet d'être particulièrement éprouvant. Quelles innovations ou quelles initiatives lancerez-vous pour résister à la tempête ?

Deux nouveaux magasins devraient ouvrir leurs portes dans les premiers mois de l'année et d'autres suivront, surtout en Flandre où nous avons l'intention d'affirmer notre présence. Pour tenir ces magasins, nous devrons bien entendu engager du personnel.

Ceci étant, nous prendrons également une série d'initiatives. Il s'avère que pas mal de nos déposants souhaitent obtenir immédiatement leur argent. Nous avons donc décidé depuis quelques mois d'acheter cash les plus petits objets : CD, DVD, jeux vidéo, etc. Pour le reste, nous maintenons le système du dépôt/vente, le propriétaire des objets mis en vente percevant jusqu'à 65% du produit de la vente.

Depuis quelques temps, nous vendons également des articles neufs. Ils proviennent de faillites ou de fins de séries. Ce type d'articles nous permet de nous profiler comme ‘la chaîne des bonnes affaires’ au lieu de ‘la chaîne d'articles de seconde main de qualité’. Ceci dit, avec près de 90% de notre chiffre d'affaires, le seconde main reste notre core business.

Le début de l'année est propice aux bonnes résolutions. Quelles sont les vôtres ?

Nous devrons être encore plus orientés clients en achetant des articles qui répondent à leurs attentes, en améliorant la présentation et en proposant des prix toujours plus serrés. Des clients satisfaits ont le don de booster le dynamisme de nos équipes !

Auteur: 

Gondola Magazine
Bord-Bia - FR - SIDE