Photo-reportage: un 'supermarché' sans emballage

Robuust

Robuust: The Zero Waste Shop

A la fin du mois d'août s'ouvrait à Anvers, et non sans bruit, le premier point de vente alimentaire sans emballage de Belgique. Tout chez Robuust est disponible en vrac. Les clients devront dès lors apporter leurs propres récipients, bouteilles ou sacs.

 

 

Avant même son inauguration, Robuust suscitait l'intérêt exacerbé des médias. Il est vrai qu'après tout il ne s'agit là que du cinquième point de vente sans emballage de par le monde. Sans oublier le fait qu'un tel concept demande de l'imagination: tout aliment - ou presque - présent en supermarché  n'est-il pas soit pré-emballé, soit placé par le consommateur dans un sac plastique? Bien sûr, des produits comme les fruits et légumes n'ont pas réellement besoin d'un emballage. Mais qu'en est-il du riz, des pâtes, des céréales, du lait ou même du produit vaisselle et du shampooing? Chez Robuust, ces produits ne sont pas emballés.

 

 

Les produits y sont présentés dans des seaux (olives, produits d'entretien,…), dans des distributeurs (riz, pâtes, céréales, graines,…) ou des bidons (ketchup, shampoing,…). Quelque 340 références (dont 200 produits alimentaires) sont présentes dans ce point de vente de 50m2. Vous n'y trouverez ni viandes, ni poisson, ni fromage, mais bien des couches réutilisables.

 

 

Vos propres récipients

Concrètement, les clients doivent ici apporter leurs propres récipients, qu'ils soient sous forme de bocaux, de bouteilles ou de sac. Ceux-ci sont pesés à l'entrée et un autocollant y est apposé. Il est également, moyennant un certain prix que l'on qualifiera tout de même d'important, possible d'acheter des récipients réutilisables au magasin même. Leur prix invitera certainement, c'est l'idée, les clients à emporter leurs propres pots. Une fois l'étiquette apposée, le consommateur pourra remplir son récipient et le peser une nouvelle fois à la caisse.

 

 

"L'inspiration m'est venue à la lecture de divers blogs parlant d'un mode de vie sans déchet. L'idée du magasin m'est propre, mais en réalisant des études de marché, je me suis rendue compte que des initiatives similaires existaient ailleurs. Je pense ici à Londres et à Berlin par exemple", nous explique la jeune gérante Savina Istas (25). Il s'agit dès lors pas du tout premier point de vente de ce type. Toutefois, le concept doit encore faire ses preuves.

 

 

Lors de notre visite, nous avons remarqué un flux constant de badauds curieux entrant et sortant du magasin. Le grand défi pour Savina Istas sera dès lors de fidéliser sa clientèle. "Nous devons aider les nouveaux clients à se familiariser au concept lors de leur première visite et leur expliquer la démarche à suivre. Mais ils comprennent assez vite, et nous avons déjà une clientèle régulière", nous dit la gérante.

 

La clientèle

Son public est en grande partie constitué d'étudiants et de personnes âgées. "Ce sont des personnes qui n'ont pas besoin d'acheter leurs produits en grande quantité". Près de la moitié de sa clientèle ne vient, selon elle, que pour des considérations écologiques. Logique, puisque la durabilité est le fer de lance de Robuust. Le point de vente fait également part belle à la production biologique et locale. A une référence près, tout ici est issu de la production bio.

 

Un authentique magasin de proximité 

Robuust est-il pour autant un supermarché, comme on a souvent pu le lire, ou un magasin bio? "Plutôt un magasin de proximité durable", nous dit-on. Le point de vente n'est pas grand. Tout ne peut donc pas y être trouvé. Vous n'y dégoterez, par exemple, pas de papiers toilettes. On n'y retrouve d'ailleurs pas l'ambiance supermarché. Le décorum en bois fait plutôt appel au sentiment d'authenticité. "Dans le passé, toutes les épiceries travaillaient ainsi", nous confirme Savina Istas. C'est également là que trouve genèse le nom du point de vente. " Le mot robuste fait appel à quelque chose qui ne casse pas et qui est à l'épreuve du temps".

 

 

Auteur: 

Carole Boelen