Photo-reportage: l'achat par recette chez HNGRY

HNGRY

HNGRY a ouvert ses portes il y a de cela quelques semaines à Anvers. Ce concept-store permet aux consommateurs d'acheter des produits en suivant des recettes spécifiques proposées par le point de vente. Nous avons fait le tour du propriétaire avec le gérant, Thierry Peeters.

 

Concept

Le concept d'HNGRY est simple et pourtant totalement novateur sur le marché belge. Les produits alimentaires sont ici vendus tel un ensemble par type de recette, soit en portions et prêts à préparer. Ce concept peut rappeler celui du Néerlandais Bilder & De Clercq, mais l'inspiration vient d'ailleurs. "Lorsque j'étais à Berlin, j'ai visité Kochhaus qui donne une réponse à la question quotidienne 'Que mange-t-on ce soir?'", nous dit le gérant. Cette chaîne allemande a dès lors inspiré à Thierry Peeters l'idée d'un concept similaire en son propre pays, la Belgique.

 

 

Recettes

 

Dans ce magasin, les consommateurs retrouvent 10 nouvelles recettes chaque semaine 3 du mois en vue de varier les plaisirs. Les recettes sont élaborées par le directeur et fondateur d'HNGRY, qui détenait auparavant un restaurant.

 

Chaque recette est disponible en portions de 2 personnes, aux quantités exactes. Ainsi, le consommateur n'aura pas à acheter un sachet de gousses d'ail, mais bien la quantité nécessaire. Les pâtes, la viande et le poisson sont eux aussi proportionnés pour un plat 2 personnes. Les recettes sont illustrées avec une photo, une fiche de recette et naturellement la présentation des différents produits. A côté, on retrouve également des suggestions de vin pouvant accompagner le plat et des ustensiles de cuisine pouvant aider à la préparation (exemple: un presse-ail). "C'est comme si l'on rentrait dans un livre de cuisine", nous explique Thierry Peeters.

 

 

Un supplément aux supermarchés

 

Le plus grand avantage de ce concept est le gain de temps. "Ce n'est pas idéal pour une grande famille, mais bien pour les citadins et les ménages à deux revenus. En outre, il n'est ici pas nécessaire de chercher après une recette avant de se rendre au magasin, ni même de préparer une liste de courses.

 

L'inconvénient est que cela n'est pas bon marché. Vous devrez dépenser un minimum de 14 euros (6,95 euros par personne) pour un plat. Le paiement ne pourra se faire que par carte bancaire. Toutefois, HNGRY n'a pas vocation à concurrencer les supermarchés. "Nous sommes davantage une sorte de supplément à l'offre des supermarchés".

 

 

Produits

 

Côté produits, Thierry Peeters travaille autant que possible avec des fournisseurs locaux. La viande provient ainsi de De Laet en Van Haver et le poisson de Verbist. Le thé et le café sont quant à eux fournis par Javana.

 

Jouxtant les recettes, un assortiment de thé, de café, de vin, d'accessoires de cuisine, de décorations de table et de livres de cuisine est également disponible. "L'objectif était d'avoir peu de références. Ainsi, les clients n'ont pas à perdre de temps et à douter. Il sont en outre certain de la qualité de nos produits". Mais cela reste un magasin d'alimentation. Vous n'y trouverez pas de papier toilette…

 

 

Expérience d'achat

 

Outre l'absence d'un large assortiment, une autre chose différencie HNGRY d'un supermarché classique: malgré ses 350m2, le point de vente est très spacieux. En tout, 600 références y sont proposées.

 

HNGRY joue de manière transparente la carte de l'expérience d'achat. Au fond du magasin, une cuisine est utilisée pour divers workshops. Plus poins encore, on retrouve une salle à manger où les articles non-alimentaires sont disposés - allant du bavoir brandé HNGRY aux paniers de fruits. Le thé, à gauche, est présenté dans des bocaux non pas pour se servir, mais bien pour sentir l'odeur, des sachets prêts étant disposés à côté.

 

 

Ambition

 

Si HNGRY vient tout juste d'ouvrir ses portes, le concept a encore un grand potentiel de développement, nous dit le gérant. "Nous allons encore faire quelque chose autour du lunch, des apéritifs et des desserts. Et notre ambition est également à termes de pouvoir réaliser des livraisons". Mais nous n'en sommes pas encore là, comme nous le dit Thierry Peeters.

 

 

Auteur: 

Carole Boelen