Philippe Henry de Frahan: "Il y a une trop grande focalisation sur les prix en Belgique"

Très actif malgré cette période de crise, Mars a continué à miser sur l'innovation en 2011-2012 et ce tout particulièrement sur le marché du "pet-food". Ce qui nous amène inévitablement à notre première question posée, dans le cadre des interviews d'été, au Directeur Général de Mars Belgium, Philippe Henry de Frahan...

Innover en période de crise, est-ce efficace?

Ayant évolué vers bien plus que du food, le marché que nous appelons petcare est en constante évolution. C’est une catégorie fascinante où l’acheteur (le consommateur indirect) est très réactif à la nouveauté. Ce qui nous amène à constamment faire évoluer notre gamme. Innover c’est aussi travailler sur les recettes, les formats et les emballages, et apporter de la valeur ajoutée tout en répondant à des besoins consommateurs en proposant des produits innovants qui font croître toute la catégorie. Innover c’est aussi développer des produits qui sont fabriqués par des filières respectueuses de l’environnement et de la responsabilité sociétale. C’est ce qu’attendent de nous les consommateurs mais également nos clients distributeurs.

C’est aussi particulièrement vrai en ces temps moroses de crise ou il faut plus que jamais être innovant et juste, trouver de nouvelles sources de croissance. C’est le moment d’apporter de la joie, du plaisir et du bonheur par exemple dans l’interaction entre l’homme, la famille et l’animal domestique. Ce que l’on constate c’est que malgré la crise le consommateur réagit positivement quand on lance des produits fonctionnels, attrayants qui offrent de la valeur ajoutée.

Un exemple : Nous sommes particulièrement actifs depuis quelques années à développer entre autres les snacks pour chats. Grâce à nos innovations, ce segment connaît une croissance exceptionnelle de 40% en valeur entre juin 2011 et juin 2012.

Que vous inspire l'état du marché food retail en Belgique en cette première partie de l'année 2012?

La crise est bien là et cela se ressent aussi bien dans les chiffres en général qu’en parlant avec les commerçants. Malgré cela, en Belgique nous nous en sortons pas trop mal par rapport à d’autres pays d’Europe et certains discounters tirent leur épingle du jeu.

Il y a une trop grande focalisation sur les prix en Belgique et cette fixation est exacerbée par la presse et les autorités. Tout le monde s’aligne sur tout le monde. Chacun y va de son comparatif à sa manière et le consommateur s’y perd .

Le danger c’est que le paysage du food retail en Belgique perde son âme et ne devienne trop monotone avec un nivellement par le bas qui ne profite finalement à personne. Nous avons tant de choses à faire valoir en Belgiquecomme la richesse d’un réseau dense en points de vente d’une grande diversité, répondant à des besoins différents et offrant une grande qualité d’accueil et de service. Cette diversité va de l’hypermarché avec un assortiment extrêmement large jusqu’au magasin de proximité qui propose des solutions de repas et des plages d’ouverture plus larges. Ajoutez à cela une filière et une qualité de produits frais et artisanaux inégalée.

Ce qui est extraordinaire et plein d’espoir, c’est qu’il y a aussi partout dans ce pays et ce malgré ces temps de crise, des indépendants qui agissent en tant que véritables entrepreneurs et qui répondent à un besoin de proximité et de contact personnel. Ces entrepreneurs profitent en tant que franchisés du know how d’une grande enseigne et y ajoutent leur âme et leur touche personnelle pour apporter de la convivialité, du service, de la joie et du "convenience".

Ces entrepreneurs là sont devenus des moteurs importants pour l’avenir du food retail en Belgique comme dans d’autres pays d’Europe, et cela c’est remarquable.

L'été est désormais là... Qu'attendez-vous des vacances? Auriez-vous un conseil à donner en terme de lecture, de destination ou d'activité?

C’est un moment unique et indispensable ou l’on peut arrêter le temps et se ressourcer. C’est un temps pour soi, un temps pour se retrouver en couple en famille ou entre amis.

Je suis passionné de photographie en pleine nature. C’est un moyen pour moi de me ressourcer. En observant la nature, je m’émerveille des choses de la vie et je me branche sur mes racines. L’important pour moi ce n’est pas toujours la destination de vacances en tant que telle, mais l’ambiance que l’on crée et les valeurs que l’on partage à ces occasions.

En ligne avec cela, une piste de réflexion qui m’a séduit est le livre intitulé «Le Bonheur» (The World Book of Happiness) de Leo Bormans que je vous invite à découvrir (Editions racine). Avec une phrase tirée du livre au hasard: «Le bonheur ajoute des années à la vie et de la vie aux années». J’aime cette démarche de la psychologie positive que j’essaie également d’appliquer au niveau de l’entreprise car des collaborateurs plus heureux sont des collaborateurs plus motivés et plus engagés. Le bonheur en entreprise n’est plus un sujet tabou mais une vraie valeur qui attire.

Le mot de la fin?

Je vous souhaite à tous des vacances pleines de bonheur!

Auteur: 

Gondola Magazine
Bord-Bia - FR - SIDE