Les bonnes affaires de Leapp : des iPhone d’occasion

Leapp, spécialisé dans les produits Apple d’occasion, ouvre son second magasin belge à Gand. Après les Pays-Bas, le retailer entend inonder le marché belge d’iPhone, iPad et Macbook à prix imbattables.

Vous rêvez d’un appareil Apple mais vous les jugez trop chers ? Bonne nouvelle : la chaîne néerlandaise Leapp, spécialisée dans le reconditionnement des produits de la marque à la pomme, vous propose des iPhone, iPad et MacBook d’occasion mais complètement reconditionnés et remis à neuf. « D’un point de vue technique, il s’agit d’appareils neufs ou quasiment. Nous effectuons un nettoyage extrêmement minutieux, effaçons toutes les anciennes données et chargeons les softwares les plus récents. » Il s’agit notamment d’appareils issus d’entreprises dont le leasing ou l’amortissement sont arrivés à leur terme, d’appareils légèrement défectueux, d’appareils d’exposition ou de démonstration. Les toutes dernières versions des produits Apple (l’iPhone 6 p. ex.) sont donc très rapidement disponibles chez Leapp dont, il faut le souligner, l’offre est particulièrement étoffée. 

 

 

Jusqu’à 70% moins cher

En moyenne, les produits ont deux ans. Certains ont déjà huit ans mais leur prix est,  forcément, très réduit. La différence avec un produit neuf est de 10 à …70% ! « Cela dépend de l’âge et de l’usure visible de l’appareil en question » explique Werner Bruys (COO Leapp Belgique et ancien CEO de Coolblue Belgique). « Pour un nouvel appareil, nos prix sont 10% moins chers et vous pouvez compter sur un pourcentage de dépréciation identique par année. Les dommages visuels interviennent également dans la fixation du prix. » 

 

 

Leapp, anagramme d’Apple, n’est pas directement lié au géant américain. « Nous ne sommes pas partenaires mais nous entretenons d’excellents rapports. Nous nous adressons à un public qui juge les produits d’Apple trop chers mais qui, grâce à nous, peut y accéder. »

 

 

Dix magasins

La chaîne vient donc d’ouvrir un nouveau magasin dans le centre de Gand. Bien qu’il s’agisse déjà du dixième (et du second en Belgique, après Anvers), Leapp fait plutôt ‘profil bas’ sur notre marché. Un choix délibéré, comme l’explique Werner Bruyns : « Nous ne sommes actifs en Belgique que depuis début janvier, d’abord avec un webshop et ensuite avec un premier magasin physique à Anvers. Nous avons délibérément choisi de démarrer en douceur pour éviter tout problème de recrutement de personnel car notre première préoccupation est la satisfaction de la clientèle. » En dépit de cette prudence de Sioux, les premiers résultats de l’antenne anversoise sont bien meilleurs qu’attendu. « La demande est souvent supérieure à l’offre, une situation que j’attribue à l’efficacité du bouche à oreille. »

 

 

Pas un magasin de seconde main

Même s’il s’agit de matériel usagé, le magasin de Gand n’a rien d’un magasin de ‘seconde main’. Bien au contraire. Lumineux et soigné, le décor à dominante blanche évoque d’ailleurs les magasins d’Apple. Les produits exposés ont l’aspect du neuf et, rareté dans le monde de l’occasion, ils bénéficient d’une garantie d’un an. 

 

 

 

Devenir leader du marché

 

En à peine cinq ans, Leapp a ouvert huit magasins aux Pays-Bas où, selon ses propres dires, il serait leader du marché. Objectif identique pour le marché belge sur lequel la chaîne entend encore ouvrir deux magasins cette année et cinq l’an prochain. « Nous songeons à Hasselt et Louvain, si nous y trouvons des emplacements intéressants. Pour l’an prochain, nous avons coché Bruxelles, Liège, Charleroi et la commune de Knokke-Heist. A terme, nous visons un parc de sept à dix magasins » confie Rogier van Camp, le fondateur de Leapp.

 

Sennheiser, nouveau venu dans l’assortiment

C’est la grande nouveauté du moment : Leapp élargit son assortiment avec des appareils Sennheiser, et plus précisément les casques audio de la marque allemande. « C’est une étape logique du développement de l’entreprise » poursuit Werner Bruys. « Pour la plupart, il s’agit d’appareils qui ont été sortis de leur boîte et qui ne peuvent donc plus être vendus comme neufs. Ce sont, par exemple, des casques vendus sur internet et qui ont été renvoyés par l’acheteur. Nous avons constitué un stock de casques reconditionnés à vendre d’occasion et Sennheiser nous a offert l’exclusivité de ce marché pour le Benelux. Nous les vendons 30% moins chers avec garantie : à ces conditions, qui se soucie encore de l’emballage ? » 

 

 

La remise en état? Une illustration:

 

 

Auteur: 

Carole Boelen