Les achats sont 12% moins chers aux Pays-Bas

Albert Heijn Gent

L’Observatoire des prix (ICN) vient de publier son rapport annuel 2013. La comparaison du niveau des prix à la consommation en Belgique et les pays voisins pour les produits alimentaires transformés et les produits non alimentaires y fait l'objet d'une attention spécifique. Selon ce rapport, les consommateurs belges auraient cette année payé en moyenne 11,7% de plus que les consommateurs néerlandais, 8,6% de pus que les Allemands et 6,5% de plus que les Français.

 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette différence: "La taille du marché belge, les conditions d'achat,  le coût du personnel et la TVA sont autant de raison pouvant expliquer les différences de prix entre la Belgique et les pays voisins", explique l'ICN. Le marché étant petit, les nombreux supermarchés du pays doivent acheter en plus petites quantités et font dès lors moins d'économies que les marchés voisins. Les coûts liés à la main d'oeuvre sont en outre plus élevés. Aux Pays-bas enfin, une guerre des prix fait rage.

 

Même si, ces derniers mois, ils étaient à nouveau orientés à la hausse, les prix des matières premières (exprimés en euros) se situaient en 2013 en moyenne 5,5 % en dessous de leur niveau enregistré un an plus tôt. Le net recul des prix des céréales sur le marché interne européen est la principale cause de cette baisse des prix sur le marché des matières premières.

 

A l'inverse de la baisse des prix des matières premières, les prix à la production et à la consommation sont restés orientés à la hausse. En 2013, les prix à la production dans l'industrie alimentaire étaient supérieurs de 3,5% au niveau observé en 2012. Le consommateur, lui aussi, a vu les prix des produits alimentaires transformés augmenter. Il a payé en moyenne 3,2% de plus que durant l'année précédente. Le rythme de progression des prix s'est toutefois ralenti passant de 3,4% au premier trimestre à 2,8% au quatrième.

 

Les boissons alcoolisées (+5,2%) ont apporté la plus forte contribution à l'inflation des produits alimentaires transformés. Le vin rosé (+10,3%), le vermouth (+9,8%), le genièvre (+8,8%), la liqueur (+6,8%) et le bac de pils (+6,5%) ont connu la plus forte inflation. Le tabac participe lui aussi à l(inflation avec une augmentation de 4,2% en 2013. Le prix du tabac à rouler a nettement augmenté (+8,8%). Quant aux cigarettes, le consommateur a payé 3,2% plus cher.

 

Le consommateur a également payé plus cher pour son pain et céréales (+2,9%), ses produits laitiers (+2,2%), son sucre/confiture/chocolat (+3,4%), ses boissons sans alcool (+1,1%), ses huiles et graisses (+2,4%) et ses autres denrées alimentaires (+1,7%).

 

Depuis 2008:

Sucre, confiture, chocolat: +22,7%

Huiles et graisses: +18,2%

Tabac: +16,2%

Pain et céréales: +12,8%

Boisson sans alcool: +10,9%

Boisson alcoolisée: +10,5%

 

Auteur: 

Carole Boelen

catégorie: 

Bord-Bia - FR - SIDE

Derniers lancements produit