Le handicap des commerçants belges

Une interview de Peter Vandenberghe, de Comeos
Hier, à l'occasion du second Commerce Summit, Comeos a présenté son ‘Livre Blanc’ du commerce. L'ouvrage tente de comprendre pourquoi chaque année les Belges dépensent 2,5 milliards d'euros hors de leurs frontières. Les auteurs s'interrogent sur les moyens dont disposent nos commerçants pour endiguer le phénomène et sur ce qu'ils pourraient changer. Très complète, cette étude dresse l'état des lieux de la position concurrentielle du commerce belge. Désireux de savoir ce qu'il en est réellement, nous avons rencontré Peter Vandenberghe, responsable de la communication de Comeos.

Qu'en est-il de la position concurrentielle des commerçants belges ?
“Elle n'est guère brillante. Si l'on s'en réfère aux pays voisins, les commerçants belges accuse un handicap de 7% en matière de coûts. Et en bout de course, cette différence se reflète inévitablement sur le ticket de caisse du consommateur.”

Comment expliquer cet écart ?
“Les cause sont nombreuses. Le coût du travail, bien trop élevé, un manque de flexibilité du marché du travail, les charges fiscales de tous ordres, comme la tva, les écotaxes et bien d'autres encore. Mais il y a également la ‘règlementite’ aigüe dont la Belgique est particulièrement affectée, sans parler des prix qu'appliquent les fournisseurs : ils sont bien plus élevés chez nous que chez nos voisins. Il est grand temps que les autorités prennent le problème à bras le corps.”

Mais sont-elles suffisamment conscientes du problème ?
“Alexander De Croo et Bruno Tobback sont venus ici aujourd'hui. L'un et l'autre ont affirmé - enfin ! - être conscients du problème et avoir l'intention de le mettre à leurs agendas respectifs. C'est une excellente nouvelle car, jusqu'il y a peu, nos politiciens se contentaient d'en parler sans agir. La situation actuelle nous coûte énormément d'emplois mais si la volonté politique y est, on pourrait créer pas mal de nouveaux postes.”

Pas la moindre éclaircie dans la grisaille ?
“Si, bien sûr. Avec notre livre blanc, le commerce dispose enfin d'un outil, de chiffres clairs et étayés. Il doit nous permettre de jeter les bases d'une indispensable réforme.”

Auteur: 

Gondola Magazine
Bord-Bia - FR - SIDE