La fermeture de 69 magasins Blokker préfigure-t-elle le début de la fin pour l’enseigne en Belgique ?

En tant que spécialiste du Non food retail, et plus spécifiquement du Home improvement retail, il nous semble que l’annonce de la fermeture de 69 magasins Blokker en Belgique mérite quelques éclaircissements et commentaires.

 

69, 110 ou tous ? 

 

Il n’a échappé à personne qu’avant d’annoncer la fermeture de 69 magasins ‘seulement’, Blokker avait fait état de son intention de  restructurer 110 de ses implantations belges. Une astuce bien connue permettant d’éviter que la colère des syndicats ne prenne trop d’ampleur une fois la mauvaise nouvelle annoncée.

Car ces 41magasins ne sont pas devenus rentables du jour au lendemain. Nous soupçonnons Blokker de vouloir appliquer le scénario qui s’est joué aux Pays-Bas où 50 magasins ont été fermés sans préavis. On a tout simplement attendu l’expiration du bail, ou toute autre occasion, pour fermer les magasins les uns après les autres, sans lien apparent. A cet égard, la lecture du Retailnews.nl

de nos collègues néerlandais est particulièrement éclairante. L’incertitude est également de mise aux Pays-Bas puisque sur les 546 magasins, 450 poursuivront leurs activités. Quel sort pour les 96 restants ? Probablement le même que celui qui attend les 41 ‘cas douteux’ dans notre pays.

Aux Pays-Bas aussi les spécialistes du secteur sont de plus en plus nombreux à penser que les jours de Blokker sont comptés. Un pauvre “retour à l’ancien assortiment” ne changera certainement rien à l’affaire. Nous avons maintes fois exprimé notre opinion sur le sujet : le profil de Blokker n’est plus assez clair pour le consommateur d’aujourd'hui. Pourquoi diable voudriez-vous aller chez Blokker ? Pour les prix ? Pour l’offre ? Pour les promotions (de produits trop souvent hors stock) ? S’il est honnête avec lui-même, le CEO Casper Meijer répondra par la négative à ces trois questions. Robert Bohemen, directeur de la formule et du marketing aux Pays-Bas, semble déjà se rendre compte que la fin est proche et c'est porté “malade”, rapporte Retailnews.nl. Il y a belle lurette que Frank De Belie, l’ancien CEO belge, avait senti le vent tourner. 

 

Un webshop comme ultime bouée de sauvetage ?

 

Une partie des budgets prévus pour la rénovation des magasins belges a déjà été utilisée pour consolider l’opération de sauvetage aux Pays-Bas et investir dans un webshop.

Mais si le consommateur déserte déjà les “bricks” de Blokker, comment s’attendre à ce qu’il s’intéresse à ses “clicks” ? Le choix est encore plus large sur le net et Blokker ne dispose pas des moyens financiers pour assurer la promotion massive de son webshop. Car sur internet aussi il faut savoir attirer le chaland. Et tout comme la chaîne n’a pu résister à la multiplication des Actions et autre Flying Tigers, on ne voit pas comment elle pourrait faire de l’ombre aux ‘bol’ et ‘com’ qui pullulent sur la toile.

 

Peut-on encore espérer sauver Blokker ? Oui, mais à la condition expresse d’avoir une vision claire et une stratégie orientée client avec un positionnement sans ambiguïté. Et cela coûte de l’argent, beaucoup d’argent. La question est de savoir si la famille est prête à (s’) investir.

Auteur: 

c.vanwesemael

Editor

Home improvement retail specialist

Chris Van Wesemael

Bord-Bia - FR - SIDE