Interview d'été: Un porte-bonheur pour arriver à un compromis

L’actualité en continu
  • Food

Depuis 125 ans, le bonheur est aussi simple qu'un petit biscuit (bis)

En janvier, Gondola avait eu la chance de rencontrer Peter Destrooper et Gill DeClerq, respectivement administrateur délégué et sales manager de la célèbre biscuiterie Jules Destrooper. Dans un passionnant entretien, ils nous avaient dévoilé leurs projets pour le 125ème anniversaire de l'entreprise… sans oublier de nous ‘gâter’ de savoureux biscuits au beurre et de nous convier à l'inauguration du Centre Touristique de Lo qui devait avoir lieu quelques semaines plus tard. Aujourd'hui, nous sommes particulièrement curieux de savoir où en sont ces beaux projets. Et, vacances ou non, les deux hommes ont gentiment accepté de nous recevoir à nouveau.

 

 


C'est en grandes pompes que le Centre Touristique de Lo a récemment ouvert ses portes puisque le Roi a rehaussé l'évènement de sa présence. Avez-vous pu profiter pleinement de cette journée ?

 

Peter Destrooper: “Absolument. La visite du Roi a été un grand honneur pour notre entreprise et tous nos collaborateurs. Elle s'est déroulée dans une ambiance bon enfant et extrêmement cordiale. Le Roi s'est montré très intéressé, posant de nombreuses questions. Et dans les jours qui ont suivi, nous avons même reçu une lettre de remerciement du Palais. Cette journée marquera encore longtemps les esprits.”

 


Combien de personnes avez-vous accueilli en quelques semaines d'activité ?

 

Peter Destrooper: “Nous avions décidé d'ouvrir le Centre Touristique au public avant même l'inauguration officielle, histoire, en quelque sorte, de nous ‘faire la main’. A ce jour, nous avons reçu 38 groupes et un millier d'habitants de notre petite ville. Au total, ce sont donc près de trois mille visiteurs qui ont déjà franchi les portes de notre Centre.”

 


Pour beaucoup d'entreprises, la période estivale est plutôt calme. Est-ce également le cas pour vous ou la production continue-t-elle de tourner à plein régime ?

 

Peter Destrooper: “Chaque été, nous stoppons complètement notre production pendant trois semaines. Ce qui implique une grosse activité entre la mi-mai et les congés. Mais c'est immédiatement après les vacances que commence notre période la plus intense de l'année, qui s'étale d'août jusque mi-décembre.

 

Gill Declercq: “Pour le Sales et le Marketing, il ne s'agit pas vraiment d'une période creuse. Le 21 juillet, jour de la fête nationale, nous sommes chaque année à Bruxelles pour promouvoir nos produits en tant que Fournisseur de la Cour. Dès la mi-août, nous lançons notre nouvelle boîte ‘jubilé’ grand format dont la commercialisation nous permettra de soutenir la Fondation Make a Wish. En juillet et en août, nous organisons également un ‘promotour’ à la côte belge : notre Oldtimer circule de ville en ville pour faire goûter nos biscuits à un public toujours très enthousiaste. En septembre, nous attaquons le marché de l'horeca avec nos ‘florentines’ en emballage individuel. Les professionnels retrouveront d'ailleurs l'ensemble de la gamme des biscuits destinés à l'horeca sur notre site internet, un site que nous avons entièrement relooké depuis peu. Nous avons également développé un nouveau catalogue où les entreprises pourront puiser un tas d'idées pour leurs cadeaux d'affaires. Nous profitons du court break des vacances pour fourbir nos armes parce que la période la plus chargée de l'année arrive à grands pas. Plusieurs types de promotions sont déjà prévus pour l'automne, sans oublier notre traditionnelle collection exclusive de fin d'année. Et enfin, 125 vainqueurs potentiels rêvent de ‘l'appartement Jules Destrooper’, le magnifique prix offert à l'occasion de notre anniversaire.”

 


Pourriez-nous nous livrer une courte analyse de votre dernière année ? Est-ce une année réussie ?

 

Peter Destrooper: “Si je me limite au dernier semestre, je peux affirmer que ce furent six mois d'intense activité. Nous avons réussi à faire de notre jubilé un grand évènement qui a beaucoup joué pour la notoriété de la marque. La progression de notre chiffre d'affaires est là pour en attester. Par contre, nous sommes actuellement extrêmement préoccupés par la flambée des prix de nos matières premières, plus particulièrement le beurre et le sucre.”

 


La collaboration avec Ijsboerke a donné naissance à une délicieuse galette à la glace. Les ventes vous satisfont-elles ?

 

Peter Destrooper: “Les ventes de La Galette ont largement dépassé nos attentes. Je l'ai même constaté en tant que simple consommateur : en faisant les courses en famille, j'ai été plus d'une fois confronté à des magasins qui étaient pratiquement en rupture de stock. Il est clair que le magnifique printemps dont nous avons bénéficié cette année a participé à la réussite de ce lancement.”

 


L'appartement de Nieuport va changer de propriétaire dans quelques mois. Avez-vous déjà reçu beaucoup de candidatures ?

 

Peter Destrooper: “Je ne connais pas exactement le nombre de participants au concours, mais je peux vous dire qu'il ne cesse d'augmenter et que nous nous attendons encore à de nombreuses candidatures. La campagne publicitaire radio lancée en juin est un grand succès.”

 

Gill Declercq: “Nos équipes de vente travaillent à donner au concours un maximum de visibilité en magasin. Elles disposent d'ailleurs de tout un matériel POS pour booster l'évènement.”

 


Je vous avais déjà posé la question en janvier et, vu la situation, j'y reviens, six mois plus tard : que pensez-vous de l'impasse politique dans laquelle notre pays est plongé ?

 

Peter Destrooper: “Qu'il est grand temps de montrer que nous n'avons rien perdu de ce qui fait notre force : l'art du compromis.”

 

Gill Declercq: “Nous espérons que pendant leurs interminables réunions, les négociateurs ne négligeront pas nos savoureux en-cas… comme un petit ‘porte-bonheur’ qui leur donnera davantage de chances d'arriver à un compromis.”

Mots-clés
  • Destrooper
  • 125 ans
  • Galette
  • ijsboerke