Interview d'été: Rudi Petit-Jean (Gamma)

Tout au long de l'été, Gondola va à la rencontre d'acteurs majeurs du retail et du marché FMCG. Cette semaine, nous ne nous intéressons pas au marché du retail stricto sensu puisque nous avons rencontré Rudi Petit-Jean, Directeur de Gamma Belgique, acteur de premier plan du marché du bricolage. Si les chaleurs n'ont pas été bonnes pour les affaires, il espère qu'un hiver froid permettra à la chaîne de rattraper le temps perdu.

Que pouvez-vous dire du premier semestre de votre secteur en général et de Gamma en particulier ?

Les six premiers mois n'ont pas été faciles pour notre secteur, loin s'en faut. J'y vois deux raisons : la crise qui n'en finit pas et la météo. Si le printemps inhabituellement froid nous a fait très mal, les 35° C du mois de juillet n'ont rien arrangé : personne ne bricole par un temps pareil. Gamma a subi les évènements comme les autres. Nous avons connu quelques très beaux pics de vente qui ont alterné avec des périodes creuses. Avec pour résultat que nous n'avons ni progressé ni reculé : nous sommes à zéro. Je ne peux pas être déçu quand je vois le marché mais je ne suis pas heureux non plus. Nous aurions dû progresser de 2 voire 3 points.

Les chaleurs n'ont-elles pas boosté les ventes de pulvérisateurs d'eau et de produits similaires ?

Il est vrai que quand les températures ont atteint 35° C, tout ce qui touchait à l'eau et au refroidissement, ventilateurs et climatiseurs par exemple, s'est très bien vendu. Mais cela n'a compensé qu'en partie la baisse des ventes du premier semestre. Nous sommes aussi forts en isolation qu'en chauffage donc, si l'hiver est aussi froid que l'été est chaud, les affaires devraient être bonnes (rires) ! Nous espérons un rafraîchissement des températures dès le mois de novembre.

Imaginez-vous une embellie dans les prochains mois ?
Je ne suis pas devin. Le problème est que si les gens n'ont lancé aucun projet au printemps, ils n'auront aucune finition à faire en automne… J'espère que cela n'augure pas d'une nouvelle période de vaches maigres. Je serais très heureux si nous pouvions clôturer l'année avec une petite hausse de notre chiffre d'affaires.

Qu'il s'agisse de couture ou de cuisine, la tendance ‘do it yourself’ est omniprésente. Gamma en bénéficie-t-il ?
Nous ne constatons pas que les gens fassent davantage les choses par eux-mêmes. Pour ce qui concerne les grands travaux de bricolage, la moyenne d'âge du public des bricoleurs continue de se situer entre 35 et 70 ans. Et si les jeunes sont prêts à faire de petits travaux eux-mêmes, ils préfèrent toujours faire appel à des professionnels pour les grands chantiers.

Etes-vous vous-même bricoleur ?
Absolument ! Je suis même un passionné de bricolage et j'ai donc aussi beaucoup souffert des chaleurs de l'été. Par contre, les températures de 23 à 25° C du week-end du 15 août étaient idéales pour travailler.

Avez-vous pris des vacances cet été ?
J'ai déjà pris deux semaines et je compte encore passer quelques jours en Espagne fin août. Nous avons projeté de visiter trois villes : Grenade, Séville et Cordoue. Mon épouse et moi les avions déjà visitées mais cette fois nous voyageons avec les enfants, histoire de leur faire découvrir une culture exceptionnelle.

En vacances, arrivez-vous à vous déconnecter complètement où consultez-vous régulièrement vos mails ?

Il m'arrive de consulter mon iPad le soir. Mais je ne ressens aucune pression. De toute façon, c'est toujours plus calme en vacances. Et quand bien même je recevrais 500 mails, je ne stresserais pas pour autant car je n'ai pas obligation d'y répondre immédiatement. J'ai appris à déconnecter : je peux très bien rester 24 ou 48 heures sans consulter ma boîte mail !

Un conseil pour nos lecteurs ?

Ne vous contentez pas des plages espagnoles, visitez les villes ! Valladolid, Leon, Salamanque, Séville, Bilbao ou Cordoue sont des villes extraordinaires et qui valent le détour.

Auteur: 

Joram De Bock
Bord-Bia - FR - SIDE