Delhaize en plein malaise

Ca commence par un choc. Violent. Bien sûr, on sait depuis quelques semaines que Delhaize s'apprête à annoncer des mesures désagréables. Frans Muller n'a-t-il pas annoncé la couleur lors de l'assemblée générale des actionnaires, en soulignant que "des prix bas associés à des coûts élevés, ce n'est pas viable sur le long terme"? Au fil des jours, les rumeurs se font plus précises, et des fermetures de magasins sont évoquées. Il n'empêche: quand les chiffres tombent le matin du 11 juin, c'est leur échelle qui impressionne. Quatorze magasins, et plus encore 2.500 emplois: l'onde de choc traverse le secteur, et bien au-delà, le pays tout entier.

Carole Boelen