Chris Moris: La crise pousse la société à évoluer

Le moins que l'on puisse écrire, c'est que les six premiers mois de 2012 ont été quelque peu agités. Tant d'un point de vue économique que (géo)politique, le monde est en plein bouleversement. Une situation qui n'est pas sans effets sur le retail. En cet été pluvieux, nous avons pensé qu'il serait intéressant de recueillir l'opinion de quelques uns des principaux acteurs du secteur sur les questions d'actualité les plus brûlantes. Chris Moris, de Fevia, a accepté notre invitation.

A quoi le secteur de l'alimentation doit-il s'attendre dans les mois à venir ?
La Belgique peut compter intégrer le peloton de tête des économies européennes les plus solides. En dépit des difficultés à maintenir l'euro la tête hors de l'eau et de la mauvaise santé des économies du sud de l'Europe, la Belgique fait à peine moins bien que la locomotive allemande. Un bon bulletin auquel les excellents résultats de l'industrie alimentaire ne sont d'ailleurs pas étrangers puisque nous avons enregistré une progression de 11% en 2011. Après la crise de 2009, il n'est donc actuellement pas question pour la Belgique de ‘double dip’. Néanmoins, les incertitudes sur l'avenir de l'euro commencent également à peser de plus en plus sur le secteur alimentaire. En outre, pour un pays exportateur comme le notre, l'impact négatif d'une dépréciation possible de notre monnaie ne peut pas être sous-estimé. Je croise donc les doigts pour qu'intervienne rapidement un accord politique sur le renforcement de l'Europe et sur la mise en place d'une politique économique cohérente. En l'occurrence, on constate que les crises poussent la société à évoluer.

Quel est l'impact des changements intervenus en matière d'étiquetage des denrées alimentaires ?
Nous sommes arrivés à un moment charnière. La quantité et la complexité des mentions que la loi impose de faire apparaître sur les étiquettes deviennent ingérables pour le fabriquant et illisibles pour le consommateur. J'espère que, en tant que source d'information, l'étiquette sera peu à peu remplacée par les nouveaux médias électroniques. Le consommateur de demain fera ses achats en se servant des informations disponibles sur son smartphone. Selon ses préférences et ses centres d'intérêt, il utilisera des ‘apps’ qui l'aideront à choisir les produits qui répondent le mieux à ses attentes. Des attentes qui pourront d'ailleurs être très larges : saveur, prix, santé, bien-être des animaux, impact sur l'environnement, etc.

Notre traditionnelle question de l'été : qu'attendez-vous de vos vacances ? Quelles seront vos lectures, votre destination ou vos activités ?
Je conseille absolument la lecture du dernier Jojo Moyes, “Me before you”. J'ai rarement été aussi captivé par un livre. Pour moi, les vacances sont avant tout une occasion de passer du temps en famille et, cette année, nous partons tous ensemble en Ardèche.

Auteur: 

Gondola Magazine
Bord-Bia - FR - SIDE