Alexandre Bompard, l'homme pressé

C'est un plan qui a été attendu, anticipé, commenté avant même sa parution. Sa révélation ce 23 janvier ne pouvait être qu'un événement. Alexandre Bompard, PDG du Groupe Carrefour, a donc révélé sa feuille de route. Sans surprise, compte tenu du parcours du dirigeant, elle veut accélérer la cadence sur le volet digital. Il faut encore pouvoir financer cet effort, et diverses mesures d'économie y contribuent. L'effectif en centrale subit une drastique cure d'amaigrissement en France. On se doutait que ce principe s'appliquerait aux autres marchés, et donc au nôtre, sans en connaître l'impact. Depuis ce jeudi 14h, nous sommes fixés:  la purge imposée à la filiale belge est finalement proportionnellement  plus sévère et radicale que celle subie par la maison mère.

 

Un nouveau plan stratégique forme souvent une façon pour un dirigeant de prendre ses distances avec la politique de son prédécesseur. Celui-ci ne fait pas exception, et Alexandre Bompard acte le fiasco du rachat de l'enseigne Dia en France, opérée sous l'ère Plassat. Autre rupture stratégique sur la MDD: Georges Plassat était relativement sceptique sur la taille des assortiments à marque propre, jugeant que le développement de produits ne devait pas distraire ses équipes de leur fondamentaux. Son successeur veut à la fois réduire la taille de l'assortiment global et développer la part qu'y occupe la marque Carrefour. Profitable en termes de marges et donc de rentabilité. Mais pas nécessairement compatible avec le voeu de dégraisser l'effectif en centrale... Sur les formats, et singulièrement celui de l'hypermarché, pas de décision dogmatique: c'est au cas par cas que se prendront les décisions. Et un coup d'accélérateur est mis sur les formats de proximité urbaine, avec 2.000 ouvertures prévues, tous marchés confondus. Difficile de le mettre en pratique en Belgique où Carrefour semble déjà en avance sur le plan, sauf à se heurter à une saturation ou cannibalisation de l'offre.

 

Le plan réserve aussi une surprise: celui de l'offre alimentaire. Le projet Bompard se montre ambitieux sur l'omnichannel, intransigeant sur le cost cutting en centrale, prudent sur les hypers. Mais il exprime aussi une forme de pragmatisme assez froid, face aux fondamentaux du métier d'épicier revendiqué haut et fort par Georges Plassat, ce commerçant dans l'âme qui croyait avant tout au terrain et à l'importance de laisser suffisamment d'autonomie et de responsabilité à chaque marché ou même chaque magasin. Avec la doctrine Bompard, c'est plutôt à un réalignement qu'on semble assister. Mais il est un domaine où l'héritage ne semble pas désavoué, au contraire. Plassat avait insisté sur l'amour du produit et sur l'importance de soutenir ou susciter les filères vertueuses capables d'apporter une différence qualitative, éthique, durable. Le plan Carrefour 2022 s'appuie sur ces mêmes valeurs pour rencontrer l'objectif extrêmement ambitieux fixé à l'univers du frais, dont on sait qu'il est un des plus rentables: atteindre une croissance trois fois supérieure à celle du périmètre FMCG. Filières Carrefour confirmées, plan d'agroécologie, accent porté sur le bio et sa nécessaire démocratisation... Le groupe entend bien revendiquer un rôle moteur et une légitimité sur ce qu'il regroupe sous le terme de "transition alimentaire". Carrefour n'entend louper aucun train, ni celui de l'e-commerce, ni celui des tendances de consommation émergeantes. Et fixe ses arbitrages budgétaires en fonction des lourds investissements qui en découlent.

 

Remarquons pour conclure qu'il ne s'agit pas là d'un horizon lointain. Le plan ne porte-t-il pas le nom de "Carrefour 2022"? Quatre ans, c'est formidablement court, dans l'univers de la distribution, en particulier quand on pilote un paquebot géant, réclamant une anticipation considérable de chaque virage. Ceci confirme encore notre conviction: on assiste à un changement de rythme du retail. Technologie, modèles, concurrence, tendances, tout s'accélère. Comme nombre de ses confrères, Monsieur Bompard est un homme pressé.  Son plan illustre parfaitement cet impératif d'urgence.

 

 

Auteur: 

Christophe Sancy