Albert Voogd: “AH fait confiance à ses propres ressources!”

Jeudi dernier, Albert Voogd, Directeur New Markets & Format Development Ahold Europe, a expliqué lors d'une séance du S.M.A. comment le modèle d'Ahold générait de la croissance. Ce qui n'a pas manqué de provoquer la curiosité de Gondola. Nous lui avons donc demandé de prolonger sa présentation par une interview. Celle-ci fut toutefois postposée à ce lundi, à la demande d'Ahold, pour correspondre au calendrier de communication chargé du groupe. Jeudi, Albert Voogd revenait sur une information connue depuis l'ouverture du deuxième magasin belge, à Stabroek: l'apparition en 2012 de huit nouveaux supermarchés en Flandre. Et ce lundi nous offrait la réponse à la raison du déplacement de notre entretien avec Monsieur Voogd: Ahold a surpris tout son monde en révélant qu'il compte avoir pas moins de 50 magasins belges endéans les cinq ans à venir. Ce qui inspire bien entendu d'autres questions, auxquelles Albert Voogd nous a répondu téléphoniquement à l'issue de la réunion d'investisseurs, avec l'efficace concours de Jan Christiaan Hellendoorn, responsable communication interne et externe de Albert Heijn.

Cinquante nouveaux points de vente en Belgique: intégrés ou franchisés?
Nous aurons recours aux deux formules. Nous ne sommes pas encore en mesure de préciser aujourd'hui la proportion respective des uns et des autres. Nous agisoons en fonction des opportunités qui s'offrent à nous. Mais les candidats intéressés sont les bienvenus !

Cinquante nouveaux points de vente en cinq ans, c'est un rythme supérieur à la croissance organique habituelle des enseignes établies en Belgique. N'est-ce pas beaucoup pour un impétrant?
Pas du tout ! Nous avons de l'ambition. N'oubliez pas que nous avons pris un départ très prudent en Belgique. D'abord le magasin de Brasschaat, et à partir de là pas à pas. Huit ouvertures en 2012 est un objectif à notre portée. Et ces cinquante magasins à l'horizon 2016, ce n'est pas non plus un chiffre lancé à la légère. Nous avons de très bonnes indications quant à la faisabilité.

Chez quel retailer belge Albert Heijn va-t-il aller prélever des magasins et de la part de marché?
Nous ne parlons pas très volontiers de nos concurrents. Nous misons toujours sur nos propres forces

Vous espérez un départ éventuel de Carrefour?
Nous ne sommes pas des rêveurs.

Où trouvera-t-on ces nouveaux magasins?
Nous somme partis des zones moins denses sur la carte du retail. Nous savons dès lors où nous cherchons, et quelles sont les opportunités qui s'y offrent à Albert Heijn, mais les localisations exactes ne sont pas encore figées. Je peux toutefois souligner que nous ne resterons pas cantonnés à la région anversoise.

Albert Heijn va donc progressivement se rapprocher de la frontière linguistique?
Oui, mais sans la franchir !

Un des tiers des nouveaux magasins AH en Europe apparaissent en Belgique, n'est-ce pas beaucoup ?
Ce n'est pas tout à fait cela: si nous aurons cinquante magasins belges en 2016, nous ouvrirons par ailleurs 150 convenience stiores en Europe, sous la forme du concept "To-Go". Et nous serons aussi actifs dans les autres pays où nous sommes présents.

La formule ‘To-Go" viendra-t-elle aussi en Belgique?
Nous ne pouvons encore le dire. Nous ne le savons pas nous-mêmes. Mais la chance est réelle de les voir apparaître, et ceci indépendamment de nos 50 supermarchés.

Quelle surface pour ces supermarchés? Deux mille mètres carrés?
Non, nous déclinerons la même gamme qu'aux Pays-Bas, depuis les supermarchés City jusqu'aux grands formats. Nous exploitons en Hollande des supermarchés allant de 600 à 800 m2 jusquà des 4.000 m2. Nous avons pour chaque surface la bonne formule et nous nous adaptons à l'espace disponible. Nous allons déployer en Belgique toute notre gamme de formats de supermarchés.

La crise économique est là. Comment Albert Heijn en tient-elle compte?
J'aimerais dire que la crise ne nous préoccupe pas, mais ce n'est bien sûr pas le cas. Nous suivons la situation de près. Mais avons confiance dans la force de l'offre Albert Heijn. Nous proposons un mix idéal de prix permanents et de promotions. Au client d'en tirer parti à sa guise. Et nous voyons aussi certains clients acheter davantage de MDD que de marques nationales. Le client fait désormais d'autres choix qu'auparavant.

On ne compte plus les réactions, articles de presse, conférences consacrés à l'arrivée d'Albert Heijn, avec les multiples réactions qui s'y expriment. Que vous inspirent ces analyses ? Vous font-elle rire? Les guettez-vous anxieusement?
Rire, sûrement pas. Nous suivons attentivement ce qui s'écrit et sommes assez satisfait des réactions de la presse. Jan Christiaan s'emploie à le suivre de près. De quoi réunir déjà un fameux press book...

Tous ces 50 magasins seront livrés depuis la même centrale logistique?
Oui, depuis Tilburg

Vous continuerez donc à travailler avec vos fournisseurs des Pays-Bas...
Nous ne travaillons pas qu'avec des fournisseurs hollandais, nous faisons appel pour certains produits obligtoirement présents en rayon à des producteurs belges.

Mais le Coca-Cola viendra toujours de Hollande?
Oui, celà restera le cas un bon moment et ne risque pas de changer rapidement.

Auteur: 

Gondola Magazine
Bord-Bia - FR - SIDE