2010, powered by Mestdagh

style="font-size: 12px;">Pourquoi Gondola fait de Mestdagh le commerçant de l’année

Que retenir de cette année 2010 dans le retail belge? Bien des choses en vérité. A commencer par la restructuration du réseau intégré de Carrefour, pressentie depuis longtemps, annoncée en février, négociée patiemment durant des mois. Gérard Lavinay s’est consacré à cette tâche aussi délicate que nécessaire avec responsabilité et dignité. On s’en voudrait pourtant de faire aussitôt de lui la figure marquante de 2010: en véritable commerçant qu’il est sans conteste, c’est sur la suite, la capacité à restaurer une dynamique conquérante qu’il préférera laisser une trace. C’est tout le mal qu’on lui souhaite pour l’avenir. Mais 2010, ce fut bien sûr aussi le théâtre d’un fameux combat des chefs entre Delhaize et Colruyt. La première enseigne a négocié de main de maître ces dernières années un virage stratégique que beaucoup pensaient improbable: se repositionner sur l’image-prix, sans rien sacrifier dans son concept des atouts qui avaient su séduire sa clientèle. Il était prévisible que Colruyt ne laisserait à personne le soin de venir sur son terrain sans réagir. Le mois de décembre voit donc cette rivalité se renforcer encore avec la mise en place par Colruyt de son “Baromètre des prix”. Voilà qui donne le ton pour l’année 2011, d’autant que Carrefour ne tardera certainement pas à mêler sa voix et ses arguments à ce concert des leaders. Et tôt ou tard, les hard discounters, grands perdants des deux dernières années, devront prendre l’offensive. Ils en ont sans doute les moyens: s’ils ont vu s’interrompre la progression de leur part de marché en valeur, il n’en est pas de même de leur taux de pénétration.

Cette lutte sur l’image-prix, et l’énorme pression promotionnelle qu’elle a générée, ne doivent pas faire oublier que 2010 vit apparaître aussi bien d’autres chantiers de progrès dans la distribution belge. C’est Spar Retail qui engrange le travail mené sur le réseau et ne cesse de progresser: une fois sa méthode mise en place, la “machine Colruyt” avance. C’est Carrefour Express dont le réseau dépasse les 200 points de vente, et qui continue d’adapter sa formule et son assortiment aux particularités d’un shopping trip d’un genre nouveau, tandis que les hypermarchés du même groupe revisitent leur formule à Waterloo. C’est Intermarché qui affiche ses ambitions de montée en puissance. C’est Red Market qui s’enracine, certes à un rythme moins soutenu qu’en Roumanie, mais en prouvant à ceux qui en auraient encore douté qu’on est loin de l’hypothèse du simple “laboratoire”. C’est Match qui révèle au Grand-Duché et à Huy un concept d’une remarquable élégance. C’est Delitraiteur qui essaime sa formule dans toutes les zones géographiques porteuses et s’exporte en région parisienne. C’est au total une multitude d’initiatives qui nous livrent du secteur un portrait réjouissant, loin de l’uniformité, et où chacun tente d’apporter ses propres réponses, de mettre en valeur ses atouts spécifiques.

Voir suite dans Gondola Magzine décembre 2010

Auteur: 

Gondola Magazine
Bord-Bia - FR - SIDE